• CouBR

Qu'est-ce que c'est, le fait-main? -suite

Mis à jour : 19 mai 2019

Les Valeurs du Fait-main


L’autre valeur

du # fait-main, c’est son âme ! Oui, oui, je suis sérieuse, cette pièce a une âme, celle que son créateur lui a insufflé parce qu’il l’a tenue en main, après l’avoir rêvée. Il l’a manipulée et plus d’une fois pour la rendre plus belle, plus fonctionnelle, plus…tout ! Même si on parle des # retouches de vêtements dans la couture, par exemple, des éléments de # création existent et avant de réparer et/ou transformer il y a la vision et la recherche.


Et elle me parle, cette # œuvre artisanale, quand je la regarde.  Tout en me demandant comment l’auteur l’a créée; combien de nuits il n’a pas dormi; combien d’essais il a fait et combien de modifications; qui et quoi l’a inspiré; à qui exactement il s’adresse avec son œuvre. Elle me répond en me faisant ressentir. Et c’est ce ressenti-là qui me fait acheter ou pas. Ce ressenti ne m’a jamais « menti » et je n’ai jamais regretté.


La qualité et la traçabilité

La # qualité et la # traçabilité ont toujours été une des préoccupations de # l'artisanat, tout naturellement. Le # savoir-faire français traditionnel complété avec les # nouveaux matériaux et les nouvelles tendances est une # garantie de l’originalité et de la # qualité de la production artisanale.


Les matériaux sont nommés, listés, racontés, montrés et longtemps discutés entre l’artisan producteur et le client.

La mauvaise # réputation du fait-main associée à la notion « fait maison » qui n’est pas son équivalent est oubliée. Aujourd’hui le # fait-main est synonyme de qualité.


La # qualité est une valeur intrinsèque de l'# artisanat : quand on aime, on ne compte pas ses heures de travail et de recherche.


Dans l’atelier # artisanal de couture, par exemple, beaucoup d’opérations et d’éléments comme l’assemblage des doublures avec le tissu, des boutonnières, des ourlets invisibles et des # coutures cachées sont réalisés à la main pour que l’article fini garde la souplesse de sa structure.  Les procédés utilisés ressemblent à ceux des # grands couturiers. De nouveaux outils viennent soutenir la bonne # qualité.


Nous avons compris que notre # intérêt de consommateurs est dans le fait-main qu’il s’agit de la nourriture, de l’habillement ou d’autres domaines de production.

La preuve sont les plateformes de vente du fait-main dont le profit augmente très vite et dans des proportions énormes. Même le géant du commerce en ligne Amazon s’y met avec son Amazon Handmade.


La question du prix du # fait-main


La question du prix est toujours épineuse

Il y a des des avis parfois que le # prix du fait-main est cher. Bizarrement, les émetteurs de ces avis ne peuvent pas répondre à la question "Par rapport à quoi?". La plupart du temps la réponse c'est "Euuuh, dans telle et telle grande surface..." Ils sont confus en se rendant compte que c'est incomparable.


Voyons voir :


D’un côté, si les artisans baissaient leurs prix au niveaux des prix de la grande distribution ils devraient baisser proportionnellement la # qualité des matériaux et du travail. Il devraient également produire en masse comme l’industrie. Et ce ne serait plus possible de créer de # pièces originales et soignées. Et bien, ce ne serait plus # d’artisanat. Evidemment.


De l’autre côté, ils devraient embaucher du personnel pour la production en masse, pour le marketing et la distribution, pour la comptabilité, pour les achats et les ventes ; pour la gestion du personnel aussi… pour tous les postes d’une société, en fait. Et encore une fois, ce ne serait plus # d’artisanat.


Le client façonné par la grande distribution et la surconsommation, n’est pas formé pour faire la différence entre les procédés de l’industriel et de l’artisanat. Il ne connaît pas non plus leurs rouages de production et de distribution fondamentalement différents. Et, logiquement, il demande la qualité de la marchandise ou du service au prix de distributeur. Ou gratuitement, si possible, s’il vous plaît.


Je suis sûre que chaque personne agirait autrement au cas où elle connaissait ne serait-ce qu’un peu les deux mécanismes de production et leurs enjeux.


Mais! Il existe la catégorie de consommateurs qui apprécient infiniment le # travail de l'artisan. Ces consommateurs prennent leur temps pour observer et admirer l'article qui a attiré leur regard et pour échanger avec le créateur pour apprendre l'histoire de la naissance de cet objet qui est parfait et unique. Ils achètent sans être objet de stratégies de vente plus ou moins agressives.



***

L’ # artisan, l’artiste n’est pas un vendeur proprement dit, il ne va pas utiliser toutes les stratégies de vente pour faire acheter sa création;  non, il propose. Et souvent il s’entend dire que c’est trop cher ou bien : « Ah, moi aussi, je peux faire ça. » OK, c’est trop cher mais par rapport à quoi, en fait ? All right, si tu peux, tu fais, tu n’as pas besoin de voler mon idée et d’essayer de la réaliser par tes moyens. Le DIY ne devrait pas être de la contrafaçon, c’est illégal.  Si tu peux satisfaire tes besoins, tant mieux pour toi. Ne renie pas mon travail, par contre. Mon travail de # créateur répond à la demande de ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas « faire ça » de cette façon. Et de ceux qui apprécient le travail de l'# artisan à sa juste valeur.

La formation, le secrétariat, le soutien scolaire, le service, tout ce que l’entrepreneur individuel produit est aussi une sorte de # fait-main, excusez-moi du rapprochement s'il ne vous convient pas. Ce qui les rapproche c’est l’humain qui est au centre de l’attention de celui qui crée, produit, propose. L’entrepreneur se fait plaisir en créant, certes, mais ce plaisir a un sens : satisfaire les besoins de ceux qui cherchent à se former, à s’habiller, à faire plaisir à leur tour, etc. Si je ne me souciais pas des gens, je ne devrais pas m’engager dans l’aventure de devenir # artisan ou entrepreneur individuel.


Pour conclure

S’occuper des personnes qui ont besoin de nous, les # artisans, pour # vivre mieux, c’est ça l’intérêt de l’existence de ce travail. Ce n’est pas la manière de devenir riche, c’est clair. Et ce n’est pas le but, non plus. Mais ! si un # artisan peut vendre ses produits à leur juste valeur pour pouvoir vivre dignement sa vie et pour continuer à # créer sans se prendre la tête avec les soucis financiers du quotidien, ce sera suffisant.


Une solution du problème des prix et des ventes pour le # fait-main est le # grouppement des artisans. C’est déjà fait en quelque sorte : travailler en coopératives , check, utiliser des marchés physiques et numériques existants, check.


Le pas suivant c’est quoi, # le grand groupe d’artisans ? Genre concept store géant, par exemple. Qu’en pensez-vous ?

©





4 vues